La communication narrative, ou storytelling, a fini par s’imposer

Entre « c’est quoi ce machin ? » et « je veux du storytelling !« , plusieurs années se sont écoulées. L’évolution d’un moyen de com ultra efficace depuis plusieurs décennies de publicité a enfin à peu près trouvé de l’écho.

Il y a encore dix ans, dès que j’avançais l’idée d’utiliser le storytelling pour communiquer, je voyais le visage de mes interlocuteurs afficher de l’étonnement mêlé d’interrogation. Un terme anglais en plus, pour ne rien arranger, renforçait leur suspicion à mon endroit.


Lire la suite

Publicités

Phénomène universel, l’émotion est l’âme du storytelling

FilRougeLe phénomène émotionnel est le fil rouge de toute les histoires

J’en ai déjà parlé, mais c’est vraiment important. Quelle que soit l’histoire, le principe de base est l’émotion. Plus poétiquement, on dira que l’émotion est l’âme du storytelling.
Cette manifestation physiologique, dont une définition est tentée ici, n’est pas due au hasard.

le mot « âme », on le sait, vient du latin anima : respiration, principe de vie. Les termes animer, animation, animateur… ont la même racine. Cela nous amène indirectement à l’idée de divertissement, d’intertainment.
Pourquoi ça marche ? Lire la suite

Le storytelling fonctionne sur 3 principes


Pourquoi préfère-t-on les histoires ?

Parce qu’elles marchent mieux pour communiquer, transmettre, partager, vendre.
Et pourquoi marchent-elles mieux ?
Parce qu’elles sont fondées sur trois principes qui nous atteignent directement :
la proximité, l’affectivité, la projection Lire la suite

Août 1944 : à chacun son histoire…

Libération de Paris. Ph : domaine public.

Comme vous n’êtes plus sans le savoir, on célèbre cette année le centenaire du début de la Première Guerre mondiale (14-18). Celle qui fut la première du genre (mondiale), très moche, faucheuse à souhait, terrible. Mais j’ai déjà évoqué la « Grande Guerre ». Parallèlement, la France célèbre également cette année ce que l’on nomme « la Libération », suite au débarquement des Alliés en Normandie, relatif cette fois à la Seconde Guerre mondiale (39-45).

Célébrations : la fête du storytelling 

Chaque ville, chaque village de France sentit ce vent de liberté, même s’il fut accompagné de Lire la suite

Storytelling en marketing : la sincérité paie toujours

ID-100244209Quelle que soit la démarche (inbound marketing, brand content, content marketing, publicité), l’utilisation du storytelling doit se faire avec prudence pour ne pas dire n’importe quoi. Raconter son activité en étant sincère revient à installer une confiance, moteur de fidélisation…

On aime tous les histoires qui font rêver : celles qui nous emmènent, celles qui nous boostent, qui nous ramènent à nos propres possibilités, celles qui permettent de nous projeter, de découvrir, d’apprendre, celles qui permettent d’apporter du sens à nos vies, ou tout simplement de nous faire passer un bon moment.

A fortiori quand elles sont vraies : non seulement, ça fait plaisir, mais on se dit que c’est possible. On apprécie la réalité quand celle-ci fait rêver. Car le plaisir déclenche l’intérêt et l’envie, c’est d’une logique enfantine. La vérité est mieux partagée. Par conséquent, oui, à terme, la sincérité est toujours gagnante.

Pourquoi une histoire vraie a plus de force ?

Storytelling : une pub française de 1945 célèbre la victoire de manière créative

Vendredi 6 juin sont célébrés les 70 ans du débarquement.

En termes de storytelling, ce pan de l’Histoire, appelé opération Overlord ou encore D-Day, a marqué et marque encore les esprits.

Les publicitaires de l’époque, toujours au taquet, ne pouvaient pas passer à côté d’un tel événement ! En 1945, surfant sur la vague, si l’on peut dire, la marque Vittel a donc créé une publicité tout à fait raccord… en forme de dessin animé.

Une chance, la marque commence par un V, comme  Victoire. Les auteurs ne se sont pas privés d’utiliser cette opportunité. (Heureusement qu’il s’agit de Vittel. À côté, les eaux de Vichy auraient été malvenues de se lancer dans cette célébration participative…)

Le scénario, qui dure environ 1 minute, reprend les étapes du débarquement… le soldat étant symbolisé ici par une goutte d’eau. L’approche cartoonesque intensifie l’idée de cinémascope et d’actualité.
Regarder cette publicité jusqu’au bout vaut la peine car le texte est plein d’allusions et de jeux de mots.

En la replaçant évidemment dans son contexte et son époque, c’est assez créatif.

Vittel-CP

cliquez sur l’image pour voir la vidéo sur le site de Culture Pub.

 

+Anne Ropion